Comment organiser une veille efficace ?

Victime d’infobésité, nous nous retrouvons assaillis par une masse d’info à trier, puis absorber, et on nous dit :

« tu n’as qu’à organiser une veille efficace ! »

Oui, mais par quoi commencer ? Comment s’y prendre ? Voilà encore de l’info supplémentaire à trier et à absorber. Internet regorge d’outils gratuits, plus ou moins efficaces. Sur les forums, les technophiles se déchaînent « Génial le dernier outil NETx3000 ! Tu ne connais pas ? « 

Alors, voici une synthétise permettant pas à pas de parvenir à un système simple, efficace et pragmatique.

reflexion organiser une veille efficace

 

Etape 1 : établir ses priorités de veille.

Au départ, il s’agit de définir les thématiques et mots clés objets de la veille. Par exemple, en ce qui me concerne : le web-marketing et la pédagogie numérique. Il faut se rendre à l’évidence : ces thèmes sont encore beaucoup trop larges et généraux pour être suivis efficacement.

Il faut donc entrer un peu plus dans les détails, et se limiter à quelques points précis par exemple pour moi :

Web-marketing :

  1. les tendances générales du e-commerce (chiffres, tendances marketing, métiers et formations)

Pédagogie numérique :

  1. Les aspects économiques et maketing des MOOC,
  2. l’intégration du numérique dans l’enseignement supérieur.

Etape 2 : Sélectionner les sources

J’a suivi les conseils trouvés dans cet article : « Infobésité, à la diète tout de suite ! »

« On sélectionnera férocement ses sources, sachant que ce qui est vraiment important finira toujours par nous parvenir. Autre conseil judicieux : accepter de consulter en différé l’information, quand nous sommes dans de bonnes dispositions pour en prendre connaissance. »

Linkedin et Viadéo

Ces réseaux sociaux professionnels offrent la possiblité de faire partie de « groupes « de discussion. En continu, chaque jour ou chaque semaine, ces réseaux sociaux envoient par mail un récapitulatif des discussions en cours, avec les liens, si on veut les consulter. J’utilise GMail qui classe automatiquement ces mails, dans un onglet « réseaux sociaux », ce qui m’évite de les consulter au fil de l’eau au milieu des autres mails professionnels. Lorsque j’ai un peu de temps, je vais consulter en masse ces récapitulatifs (environ 2 fois par semaine).

Pour recevoir ces informations, il faut préalablement s’inscrire dans les groupes qui traitent de ces sujets. Choisissez des groupe importants (plus de 500 inscrits), et vérifier que le groupe est encore actif, et publie régulièrement des messages. Rien ne vous empêche d’ailleurs de devenir contributeur.

Les sites web spécialisés

Certains vous permettent de vous inscrire à une newsletter, qui vous donne de manière hebdomadaire, une synthèse des nouveaux articles. En pédagogie numérique, la communauté Ingénieurs Formation : http://ingefor.aptilink.com en est un bon exemple. Je reçois une synthèse hebdomadaire des nouveaux articles.

Attention, certains de ces sites ont une vocation avant tout commerciale, et ne sont finalement pas des sites d’information. A vous d’être vigilent.

Scoop it

Il est temps de parler des « vrais » outils de veille. Scoop it :  c’est ici que je trouve l’essentiel des articles de synthèse relatifs au e-commerce, et que je centralise les contenus intéressants trouvés grace aux sources ci-dessus.

En créant un sujet et en y associant des mots clés, vous aurez tous les jours, la synthèse de ce qu’il y a de nouveau sur le net. Vous pourrez à votre tour diffuser l’information : c’est ce que l’on appelle la curation (étape 4).

 

Etape 3 : Automatiser la veille

Il y a beaucoup d’outils différents pour plus ou moins la même fonction. Il faut les tester, se les approprier, et choisir les outils qui conviennent le mieux pour son usage personnel… Les avis divergent sur les forums. Il faudrait donc tester ces outils un a un, quitte à oublier que le but premier était de gagner du temps.

J’ai testé netvibes, pearltrees, j’ai analysé l’intéret des flux RSS, puis je me suis rendue compte, qu’avec ma liste de sources ci-dessus, les mails et newsletters, et scoop it, j’en avais bien assez pour mon usage, mon but n’étant pas d’être « la première » à avoir l’info, mais que l’essentiel me parvienne. Et l’info me parvient…

Je vais poursuivre donc mon exploration des différents outils… Tout en restant pragmatique, compte tenu du temps disponible pour la veille.

 

Etape 4 : réaliser la curation

Veiller, c’est très bien, mais où regrouper les contenus intéressants sélectionnés ? Comment les retrouver facilement ? Il est possible d’utiliser les favoris de son navigateur, mais, d’ici quelques mois, il sera difficile de se souvenir pourquoi cette ressource a été selectionnée.

La solution : SCOOP-IT !

Scoop it permet de faire à la fois de la veille et de la curation, c’est à dire sélectionner et partager les contenus les plus pertinents.

Concrêtement,

  1. créer un sujet (« topic »)
  2. indiquer les mots clés pertinents relatifs à ce sujet
  3. consulter les contenus que scoop it propose à partir de ces mots clés, et si le contenu est pertinent, le « scooper », c’est à dire, l’ajouter à sa propre page « topic ».
  4. en surfant sur le net, il est également possible d’ajouter un contenu à sa page « topic », grace à un bouton que l’on peut installer à la barre de navigation.
  5. Scoop it offre aussi la possibilité de commenter les contenus sélectionnés dans une zone « insight »

Voilà mes pages Soop-it pour les 3 sujets ennoncés ci-dessus :

Je reste « exigente » : je ne scoope que ce qui fait avancer ma connaissance personnelle du sujet. Mon but n’est pas d’avoir une « collection » d’articles, mais de rester bien ciblée sur le contenu le plus pertinent. (j’ai d’ailleurs encore du tri à faire pour « pédagogie nouvelle »).

 

Et grace à ces 4 étapes,

Mon objectif initial de veiller 3 thèmes essentiels en moins de 3 heures par semaine est atteint !

 

Autre méthode :  voici les suggestions de Christie Vauffrey, sur le MOOC Itypa2, pour s’auto-limiter, et éviter de se retrouver quelques heures plus tard encore en train de « errer » sur le net. Elle utilise d’autres outils. Ses conseils sont un peu plus techniques que ce que j’ai mis en place personnellement. Ce sera pour moi l’étape suivante …

 

« Quand je sais qu’une longue journée de boulot m’attend (encore plus longue que les autres…) je n’ouvre pas mon navigateur. Et si je dois absolument l’utiliser, il m’arrive de bloquer l’accès aux sites trop tentants, avec cet outil : http://visitsteve.com/made/selfcontrol/ (il existe l’équivalent pour Windows, voir ici : http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/18287/quels-outils-pour-rester-concentre/ ).
– J’utilise ifttt (indiqué par F. Guité lors du dernier webinaire, ici : https://ifttt.com , tutoriel ici :http://www.commentcamarche.net/faq/34648-ifttt-automatiser-des-taches-courantes-sur-le-web ) pour transférer automatiquement les twitts, les fils RSS… avec un mot-clé spécifique vers mon carnet Evernote. Et je consulte mon carnet le soir seulement ! Ou quand je m’ennuie… avec le risque de passer des heures à lire tout ce qui a été rapatrié dans cet espace.
– J’essaie de me tenir à une publication par semaine au max, sauf rédaction professionnelle évidemment. J’ai des post-it partout sur mon bureau avec des idées notées à la volée.
– Enfin, quand je dois chercher de l’info sur un sujet donné (ça m’arrive chaque semaine avec les dossiers pour Thot), je cherche d’abord dans Diigo, que j’utilise par ailleurs, car les ressources ont déjà été repérées par d’autres personnes, ce qui laisse présager qu’elles sont intéressantes. Si je n’en ai pas assez, je passe à Delicious, puis à Twitter. Le tout avec des mots-clés, bien entendu. Je n’utilise Google qu’en dernier recours, car il y a trop de « déchets ».
Je ne sais pas si c’est la bonne méthode pour ne pas se laisser manger par la sérendipité, mais ça me convient à peu près. Jusqu’au jour ou j’en ai tellement assez de me limiter que je me laisse aller une journée complète au surf sans motif… »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *